Course en sentier: entrevue avec un passionné

DorianRubriques d’automne – Article 2

Dans quelques jours se déroulera la deuxième édition de La Classique Salomon, une course en sentier des plus intense, reconnue notamment pour son beau dénivelé. Ce samedi, quelque 300 coureurs provenant de plusieurs régions parcourront une distance de 1 km, 5 km ou 10 km à travers les sentiers du mont Tremblant.

J’ai récemment discuté avec Dorian Baysset, un coureur devenu « traileur » qui s’est mérité la deuxième place lors de La Classique Salomon l’an dernier. Voici quelques extraits de notre conversation, qui vous aideront peut-être dans votre préparation!

 Q1- Dorian, au centre de villégiature, les gens te reconnaissent comme un bon coureur en sentier, tu as d’ailleurs fait tes preuves en remportant la première place du 11 km de l’UltimateXc en juin dernier. Tu t’entraînes également avec le Club de course en sentier Salomon. Tu peux parler davantage sur ton expérience?

J’ai développé mon intérêt pour la course à pied alors que j’étais tout jeune. À l’adolescence, je faisais partie d’un club d’athlétisme et touchais à différentes disciplines comme le sprint, le demi-fond et même le saut en longueur, avec une préférence pour les courses d’endurance de type cross-country. En arrivant à Tremblant, j’ai rapidement découvert la course en sentier et me suis joint au Club de course Salomon lors de sa création il y a trois ans. Depuis, j’ai eu la chance de voyager dans La Belle Province pour participer à plusieurs compétitions sur route et en sentier.

Q2- Tu as offert une belle performance à La Classique Salomon l’an dernier en décrochant la deuxième place du 10 km avec un temps de 53 minutes… Comptes-tu relever ce défi encore cette année?

J’aimerais améliorer ma performance de l’an passé ou du moins l’égaler, mais je sais que chacun donnera son maximum. Sur un trail, c’est difficile de comparer les temps d’une année à l’autre, car les conditions et les parcours évoluent. Celui du 10 km sera plus pentu cette année, mais j’y suis mieux préparé.

Q3- Pourquoi le parcours est plus difficile à Tremblant?

Il s’agit d’un parcours très vallonné avec des descentes rapides et techniques. Il pourrait être glissant selon les conditions du jour. En tout cas, avec l’enchaînement des montées et des descentes pour un total de 550 mètres de dénivelé positif, il y aura peu de place pour reprendre son souffle!

Q4- Quelles sont tes principales forces et faiblesses en course en sentier?

J’apprécie les descentes dans les sentiers escarpés. Ça demande une certaine agilité et je pense bien m’en sortir. J’ai plus de difficulté à être éveillé lors de journées froides. J’ai besoin d’un long échauffement pour être « en jambe ».

Q5- La Classique Salomon n’est pas ta première course ni ta dernière cette année. Quels types d’entraînement fais-tu pour te préparer aux nombreuses compétitions?

En fait, je respecte un programme d’entraînement et La Classique Salomon en fait partie. Ce programme diversifié combine des entraînements par intervalles, des sorties longues, des exercices spécifiques ainsi que des compétitions plus ou moins longues sur différents types de parcours. J’ai un objectif précis en ligne de mire : un 21 km qui se tiendra à Hawaï début décembre, le XTERRA Trail Run World Championship.

Q6- Pratiques-tu des sports autres que la course à pied pour te maintenir en forme?

Oui, je suis sportif dans l’âme et j’adore jouer dehors en toute saison! L’été, je suis régulièrement sur un vélo et je marche aussi en montagne. L’hiver, je maintiens la forme avec le ski de fond et le ski de rando alpine, deux sports complémentaires pour développer mon cardio.

Q7- Quel est ton endroit préféré pour la course en sentier?

J’aime bien le sentier de la Lynx qui longe la rivière de la Diable près de la station Mont Tremblant, surtout à l’automne. C’est vraiment magnifique et, en fin de journée, le soleil y est à son meilleur!

Q8- As-tu une certaine routine avant une compétition?

N’étant pas superstitieux, je n’ai pas vraiment de routine d’avant-course même si j’étudie le profil du parcours et prépare mes affaires la veille pour être plus efficace au réveil. J’amène plus de vêtements/équipement que nécessaires afin de m’adapter aux conditions météo.

Q9- En terminant, il est recommandé d’adapter son alimentation à l’intensité et la durée de son activité physique. Est-ce que tu suis un régime spécifique lors d’une course à pied?

Je ne suis pas encore assez rigoureux sur ce point mais j’essaie d’engranger une bonne réserve de glucides plusieurs jours avant la compétition. Le matin de l’évènement, pour La Classique Salomon par exemple, je mangerai une tranche de pain grillée et une banane et boirai un café 90 minutes avant la course. Je prendrai ensuite un gel peu avant le départ, pour les sucres rapides et les électrolytes. Sur des courses plus longues, j’en prendrai un autre à chaque 10 km environ (avant de ressentir une baisse de régime).

 

Pour conclure, je souhaite une belle course à tous les braves qui participeront à La Classique Salomon ce samedi 24 octobre. Il s’agit d’une belle expérience dans une ambiance des plus amicales. J’invite également tous les lecteurs à venir encourager les coureurs qui auront besoin de beaucoup de motivation pour affronter les montées, et parmi eux, Dorian Baysset!

Andréa Latour – Entraîneuse à l’Aquaclub la Source, Station Mont Tremblant

* Vous pouvez encore vous inscrire à la course de samedi! Les inscriptions se font ligne jusqu’à 50 min avant le départ de la distance voulu. De plus, tous les participants pourront bénéficier de 20% de rabais à la Boutique Salomon! (Sur articles à prix régulier seulement. Plus de détails en magasin)

 

Se joindre à la discussion