Parmi les activités de plein air devenues populaires ces dernières années, la course en sentier offre la possibilité à chacun de se reconnecter avec la nature à son propre rythme, motivé par des objectifs différents. Adepte du trail running dans la région de Mont-Tremblant, j’ai le plaisir de partager mon expérience et quelques suggestions d’itinéraires avec vous pour vous lancer dans les sentiers.

S’amuser tout en s’entraînant (et vice versa!)

On entend souvent que courir est répétitif et monotone. C’est vrai… mais pas dans les sentiers! En comparaison avec la course sur route souvent associée au dépassement de soi et à la performance, courir en montagne, c’est aussi prendre le temps de s’arrêter pour contempler la forêt, observer la faune et bien sûr profiter des points de vue (la récompense!). Je l’associe souvent à de la « randonnée rapide », ma formule préférée pour découvrir la majesté des lieux.

Surtout, la course en sentier éveille tous nos sens. Elle requiert de s’adapter au terrain en variant les allures et en jouant avec les éléments; roches, racines, flaques d’eau et troncs d’arbres (parfois) sont autant d’obstacles visiblement malcommodes, mais qu’on s’amuse à sauter. Laissez-vous bercer par le flot des sentiers tout en respirant à pleins poumons l’air pur de la forêt!

Faire corps avec le sentier
Faire corps avec les éléments présents sur notre chemin © René-Pierre Normandeau

La gestion de l’effort

Même si vous vous déplacez vite à travers les montagnes, vous l’aurez compris, scruter votre montre ne sera pas votre priorité. Dans les sections les plus raides, il est d’ailleurs préférable d’alterner course et marche rapide pour abaisser la fréquence cardiaque et s’économiser. Vos jambes vous diront merci… jusqu’à la prochaine montée! Une foulée courte et proche du sol vous permettra également d’être plus endurant. Et si vous partez pour plus d’une heure, prévoyez eau et aliments nutritifs (gels, banane, barres) pour maintenir votre niveau d’énergie.

Saviez-vous que c’est en fin de journée que notre corps est le plus apte à fournir un effort physique soutenu? C’est aussi le moment où le soleil descend au creux de la forêt, rayonnant à travers les branches, alors que la faune y fait tranquillement son apparition… quoi de mieux pour déconnecter (se reconnecter?) après une journée de travail!

Pause fraîcheur sur le sentiers Caps
Pause fraîcheur dans les Caps © Dorian Baysset

Suggestions d’itinéraires

Si vous êtes intéressé par le dénivelé, le réseau de sentiers sur la montagne géré par Station Mont Tremblant est un incontournable avec plusieurs options permettant de rejoindre le sommet. Consultez la carte interactive pour vérifier les statuts des sentiers.

Pour une initiation rapide à la course en sentier, je vous suggère d’emprunter Les Ruisseaux, une mini-boucle de 2 km qui vous entraîne sur une balade au bas de la montagne. Testez-vous ensuite sur une boucle plus difficile de 6 km, débutant sur Vertigo puis rejoignant la Criterium Coupe Canada (piste partagée avec le vélo de montagne). Vous serez confrontés à de bonnes sections techniques et profiterez de points d’eau rafraîchissants.

Pour les coureurs confirmés et à l’aise sur des sentiers plus sauvages, je suggère une boucle de 15 km passant par le pic Johannsen (930 m d’altitude, 650 m D+). Cette montée progressive jusqu’au plus haut sommet de la région s’effectuera directement depuis le village piétonnier (via le sentier Vertigo). Vous poursuivrez ensuite sur Les Sommets, survolant le pic Edge et un point de vue unique sur le Versant Nord, avant d’entamer une descente rapide par la Sasquatch – le préféré des locaux sur le Versant Sud.

Nature luxuriante dans le haut du sentier Johannsen
Nature luxuriante dans Johannsen © Dorian Baysset

Si vous souhaitez allonger la distance, notez qu’il est possible de rejoindre le Parc national du Mont-Tremblant depuis le sommet Johannsen. En suivant la direction du sentier Toit-des-Laurentides, vous déboucherez au point de départ de la boucle du Centenaire (9 km), située dans le secteur de la Diable. Si le parc national dispose d’un large réseau de sentiers, ceux-ci sont majoritairement peu techniques, car plutôt dédiés pour le ski de fond. Privilégiez ce havre de paix pour des longues sorties d’endurance à travers lacs et rivières!

Sur le mont Tremblant, vous pourrez aussi vous frotter aux parcours officiels et balisés de La Classique Salomon Tremblant (5 km, 10 km, 20 km et 30 km). Pour avoir participé à chaque édition, je vous confirme qu’ils offrent un excellent défi technique et un D+ hors de l’ordinaire. L’événement habituellement organisé à la mi-octobre devrait par ailleurs faire son retour en 2021…

Entrée du sentier Vertigo emprunté par La Classique Salomon Tremblant © Dorian Baysset

Enfin, depuis le centre de villégiature, mais aussi le vieux village de Mont-Tremblant, les sentiers de vélo de montagne (partagés avec les marcheurs) sont une bonne alternative pour une sortie « roulante », peu technique, mais toujours vallonnée. Je vous recommande une boucle de 8 km longeant notamment la rivière Cachée puis la rivière du Diable (Lynx/ Chouette/ Boneyard / P’tite Cachée/ Sciotte/ Truite).

Vous passez dans le coin prochainement?

Venez courir avec les locaux les mardis midis pour une heure de fun dans les sentiers. Suivez la page FB du groupe pour les annonces.

Pour des conseils sur l’équipement, je vous recommande de visiter la boutique spécialisée Salomon Tremblant qui dispose des produits de référence de la marque. Située directement sur le centre de villégiature, elle est le point d’entrée de votre sortie!

 

Photo de couverture par Alex C.D Photography.